Trio l’Air du Temps

Trio l’Air du Temps

Trio l’Air du Temps

Qu’est-ce qui peut bien réunir, de manière régulière depuis deux ans, un violoncelliste néerlandais, une pianiste coréenne, et un violoniste français ? Fondamentalement, c’est une entente, une entente humaine et musicale, que d’heureuses circonstances ont fait naitre.

A l’été 2016, les trois musiciens se sont rencontrés lors d’un stage de musique de chambre à Budapest. En quête d’une sorte d’Erasmus pour musiciens amateurs, ce stage, organisé par Isabelle Oeminchen, fait partie des quelques-uns  à même de proposer des cours de haut niveau. En dix jours, Frédéric et Siem se côtoient autour de deux quintettes (Schumann et Elgar), Marine les rejoint sur Schumann. Les affinités les font se retrouver en sonate, en déchiffrage de trio,  et en cappuccino aux terrasses de Budapest.

L’envie de faire de la musique ensemble devient évidente. La géographie pose souci. Est-il possible de faire du trio avec une pianiste à Paris, quand elle n’est pas à Séoul, un violoniste habitant Lyon, et un violoncelliste à Amsterdam ? Les répétitions par Internet ne sont pas (encore ?) possibles. Alors ce sera une rencontre tous les deux à trois mois, en fonction des agendas. Quelques jours pour répéter, et en profiter pour faire un concert à chaque fois. Des amis les soutiennent, pour les héberger, prêter une pièce avec un piano, faire venir des amis.

Et c’est ainsi que depuis deux ans, le trio progresse, en se produisant dans des salons principalement, à Lyon, à Paris, à Amsterdam, mais aussi à La Crau, près de Toulon, dans une bastide provençale pleine de charme.

La rareté des répétitions conduit également à alterner des pièces en duo aux pièces en trio. Enfin, pas complètement : le violoncelliste ou la violoniste est là pour tourner les pages, écouter, donner son avis. Il n’y a pas de hiérarchie. Les expériences musicales de chacun sont riches, diverses, intéressantes. L’amitié amène le respect et l’intérêt pour les goûts des autres, l’écoute de leur sensibilité.

Dans leur souhait de se retrouver et de progresser, les trois amis se retrouvent chaque année pour un stage comme celui qui les a fait se rencontrer. Budapest 2017, encore, avec notamment les cours de Ákos Pásztor, et Gradoli en Italie pour l’été 2018, avec des professeurs hollandais.

Le trio L’air du Temps a vocation à continuer ses réunions régulières, à faire grandir son cercle d’amis, que ce soient des musiciens qui les rejoignent occasionnellement, ou des mélomanes qui les accueillent, ou tout simplement qui viennent les écouter. Ils se produiront dans des salons, préservant l’esprit de la musique de chambre, et sur scène quand les opportunités le permettent.

L’Air du temps est celui des rencontres. C’est le visage souriant et culturel d’une ouverture du monde très moderne, s’appuyant sur un patrimoine musical extraordinaire.